Claude Rouget

claude.rouget.org

fr Bienvenue sur mon site ! fr

 


Le dernier vol de Roald Amundsen

Du «Norge» à l'«Italia»

Roald Amundsen

Inutile de présenter Roald Amundsen, l'homme qui le premier a foulé le pôle sud en 1911 et qui a survolé le pôle Nord en 1926 à bord du dirigeable «Norge».
    Mais l'explorateur norvégien a mauvais caractère et un grave conflit avec Umberto Nobile, le constructeur et pilote du dirigeable «Norge» porte de l'ombre à ce dernier succès. Amundsen ne veut pas reconnaître la part importante de Nobile à la réussite de l'entreprise et omet volontairement de citer Nobile comme l'un des principaux dirigeants de ce survol audacieux. Nobile et l'Italie entière en sont profondément blessés, et c'est ce qui explique une nouvelle tentative de survoler le pôle Nord deux ans plus tard, toujours avec un dirigeable construit par Nobile, mais cette fois avec un équipage entièrement italien.
    Malheureusement le dirigeable «Italia» s'écrase sur la banquise. Le monde entier s'inquiète pour Nobile et ses hommes. Plusieurs équipes de secours sont envoyées pour sauver les rescapés. On demande à Amundsen s'il veut secourir l'homme qu'il considère comme son pire ennemi. Amundsen répond par l'affirmative. Mais Mussolini ne veut pas entendre parler d'Amundsen. Plutôt laisser mourir Nobile que de l'humilier une seconde fois! Alors délaissé par le gouvernement norvégien, Amundsen se tourne vers la France pour organiser une équipe de secours vers la banquise polaire. La France met tout de suite à sa disposition un hydravion, le Latham, un hydravion qui sort juste des chantiers de Caudebec.

Six hommes disparaissent

Aux commandes du Latham: le Capitaine de corvette René Guilbaud, secondé par le Lieutenant de vaisseau Albert Cavelier de Cuverville, le Maître mécanicien Gilbert Brazy et le Second Maître radiotélégraphiste Emile Valette, tous quatre appartenant au cadre de l'aviation maritime.

l'équipage français du Latham-47

L'avion décolle de Caudebec-en-Caux (Seine-Maritime) le 16 juin et amerrit à Bergen le même soir. Il prend à son bord Roald Amundsen et le lieutenant aviateur Leif Dietrichson. Le 18 juin, ils arrivent à Tromsø à 6 heures du matin et redécollent dix heures plus tard, direction Spitzberg.

le Latham 47 à Tromsø

La brume de mer combinée avec le soleil de minuit rend sans doute la navigation difficile. On perd le contact radio avec l'avion quelques heures après son décollage de Tromsø. On ne le reverra plus. L'avion n'a jamais été retrouvé, et les théories sur le sort du Latham et de son équipage fleurissent, encore 75 ans plus tard.
    Nobile est pendant ce temps secouru par un aviateur suédois. Ses hommes sont eux recueillis par un brise-glace soviétique.

Stèle commémorative à Tromsø

En 1934, les croisières Stella Polaris et le journal français Le Temps inaugurent une stèle commémorative du Latham sur la place Amundsen à Tromsø. L'événement est d'importance pour la petite ville de Tromsø, et le journal local dédie plusieurs pages aux discours et à la cérémonie d'inauguration, les 18 et 19 juin. Il faut dire que l'ambassadeur de France est sur place, ainsi que le directeur du Temps.

Sur la place Amundsen, dans le centre-ville, se dresse une petite stèle, érigée en 1934 par le journal français Le Temps et les Croisières de la Stella Polaris avec le texte suivant:

Stèle commémorative du Latham

 NORVÈGE – FRANCE
    Le 18 juin 1928 à 16 heures l'hydravion “La-tham-47” quitta Tromsœ pour secourir l'expédition italienne en détresse sur la banquise polaire.
    A bord se trouvaient Roald Amundsen, Die-trichson, Guilbaud, de Cuverville, Valette, Brazy.
    Quelques heures plus tard l'hydravion s'engloutit dans les flots. Les éléments anéantirent cette œuvre magnifique de solidarité humaine où Français et Norvégiens s'unirent pour un douloureux sacrifice.

Monument Nobile dans le sud de l'île de Tromsø

En 1969, un autre monument est élevé à la mémoire de ceux qui ont perdu leur vie à l'occasion de l'accident du dirigeable «Italia». Le général Nobile lui-même participe à l'inauguration de cette colonne de marbre sur laquelle est inscrite le nom des 20 victimes, italiennes, françaises et norvégiennes. C'est jusqu'à présent le dernier épisode local à la mémoire des quatre Français, coéquipiers d'Amundsen, qu'on a vu vivants pour la dernière fois à Tromsø en 1928.

Monument Nobile

Références bibliographiques
  • Bomann-Larsen, Tor. Roald Amundsen : en biografi. Oslo : Cappelen, 1995.
  • Nobile, Umberto. Med «Norge» over Nordpolen. Oslo : Cappelen, 1976. Traduit de l'italien par Helge Rabben.
  • Journal Tromsø, éditions de lundi 18 et mardi 19 juin 1934; édition de samedi 19 juin 2004
eo  Esperantaj paĝoj
no  Norske sider
 


Liens externes

  Roald Amundsen
article de Wikipedia

  Amundsen – le dernier voyage sur le site de Transpol'air

  René Guilbaud
sur le site de l'Association des Officiers de Réserve de la Marine Nationale

  A ceux du Latham 47 sur le site de Caudebec en Caux

  Photos du Latham 47
sur le site de l'Institut Polaire Norvégien (search for «latham»)

© Texte: Claude Rouget (2005)